Pour ce qui est des emplacements successifs de la mairie, les documents la situent :

  • Le registre de la municipalité de Maclas est commencé le 14 thermidor An 2, les séances et jugements se tenaient dans la ci-devant église pour l’ex-baronnie de Maclas, étaient présents et ont signé :

JUTHIER maire de Maclas, BERAUD maire de Véranne, CAILLET maire de St Appolinard, CROTTE maire de …, CHATAGNER Président du Tribunal, VILLENEUVE Greffier, CANARD et FOVET agents, les membres : Jean CHORON, BOURCHANY, BOUCHER, BERAUD, CHOMIENNE, LIMONE, TEYSSIER, CHOREIN, CELLARD, sans titre : BOURETTE, CHAVARD, Etienne PARET

Sont nommés commissaires : Joseph COPPIN, Jean CHATAGNER, Antoine JURY fils, Antoine CHORON, Pierre DURIF, JB BOURCHANY pour les hameaux du Jacquards, Thorée, Les Andrivaux, Chorée, Limone, Eperdussin, Antoine CHORON et Jean CHATAGNER pour Peyssonneaux, Thorée, La Brunarie, Calamet, DURIF et BOURCHANY pour le bourg de Maclas, La Blache, Goely.

Le Conseil Général de la commune arrête que les assemblées se tiendront trois jours par décade : le tridi, le sectidi et le nonadi.

  • En 1824 MERLE Gabriel est maire, la commune loue pour 30 frs par an, un bâtiment à usage communal à Monsieur VILLENEUVE, bâtiment limité par GRENIER Antoine et le sentier à talon public et autre bâtiment VILLENEUVE, d’après un plan d’époque il semblerait que le deuxième local à usage de mairie, après l’église se situerait près de l’entrée de l’actuelle école libre de filles.

Ancienne Mairie

  • Le 6 décembre 1850, Jean Louis GERY propriétaire et marchand, loue à la commune une grande chambre ayant deux fenêtres et deux placard moyennant 25 frs par an : il semble que ce soit le troisième emplacement à usage de mairie, nous ignorons où il se trouvait ; A côté de l’ancienne Poste (aile latérale) ?

  •  Décidé le 24 septembre 1882, le 16 mars 1885 étaient adjugés les travaux de construction du bâtiment situé sur la grande place. Le maire de l’époque est Antoine CELLARD.

 

Délibération du 24 septembre 1882 :

L’an mil huit cent quatre-vingt-deux, le vingt-quatre septembre à huit heures du matin, le Conseil Municipal de la Commune de Maclas convoqué le 20 septembre par Mr Cellard antoine Maire s’est réuni dans la salle de la Mairie sous la présidence de Mr Cellard Antoine Maire en session ordinaire.

Etaient présents

Mr Mousset, Blanc, Meiller, Mousset, Blanc, Buisson, Sagnimorte, Chaize

Et Cellard Maire

Mr Le Maire expose au Conseil que la maison Borrionne acquise pour l’élargissement du Chemin d’intérêt Commun n°19 a été démolie en partie suivant les plans de l’administration des Chemin vicinaux, que la partie qui reste pourrait servir à l’établissement d’une Mairie et d’un bureau de poste pouvant comprendre le service du télégraphe.

Mr le Président dit aussi au Conseil qu’il a fait faire un plan très bon, cependant il estime qu’il conviendrait de consulter Mr l’architecte du département sur l’emploi de ce délaissé, il explique ensuite que pour faire face à cette dépense qui pourra s’élever, approximativement à la somme de 5000 Francs, on pourrait prendre les fonds libres de l’exercice plus 900 à 1000 Francs de concessions de terrain dans le cimetière qui seront recouvrés prochainement. Qu’il espère que l’administration supérieure voudra bien accorder un secours à la Commune qui est très pauvre depuis que le Phylloxéra a détruit les vignes seules ressources du pays.

Le Conseil après avoir délibéré trouve l’exposé de Mr le Président très juste et prie Mr le Préfet de vouloir donner les suites qu’il jugera nécessaire à la présente délibération.

Signé : Sagnimorte, Mousset, Buisson, Chaize, Blanc, Mousset, Blanc, Meiller, Cellard

Délibération du 25 Février 1885, pour le financement de la construction de la maire

 

Ce jourd’hui Vingt-cinq février Mil huit cent quatre-vingt-cinq à huit heures du matin, nous soussigné Cellard Antoine Maire de la Commune de Maclas assisté de Mrs Sagnimorte Jean, Blanc Jean Claude, Mousset Jean Claude, Meiller Jean, Veyre Jean, Dervieux Jean, Chaize Jean, Blanc Jean et Cellard Antoine Maire

Membres du Conseil Municipal, nous sommes rendus à la Mairie dans la salle ordinaire. Mr le Maire a exposé aux membres du dit Conseil que la délibération par eux prise sous sa présidence en date du 24 Août 1884 a été homologuée par Monsieur le Préfet le 19 Novembre 1884, et la Commune de Maclas a été ainsi autorisée à contracter un emprunt de la somme de cinq mille Francs pour servir à la construction d’une Mairie, que la somme à emprunter sera remboursable dans neuf années avec les intérêts annuels de quatre et demi pour cent (1).

  1. En marge : à partir de 1885 que cette somme est destiné avec d’autres ressources au paiement des travaux de construction de la Mairie à s’imposer annuellement pendant la même durée à partir de 1885 des 10 centimes additionnels pour servir à l’amortissement de cet emprunt

Mr le Maire a fait connaitre en outre au dit Conseil que Mr jean Mousset, son adjoint propriétaire et négociant demeurant à Maclas faisait offre à la Commune sans soumission préalable de prêter aux conditions ci-dessus la dite somme de Cinq mille Francs.

Le Conseil après avoir délibéré sur cette proposition a été d’avis à la majorité de l’accepter en décidant que la somme et les intérêts seraient payés (2).

(2) En marge : par les 10 Centimes destinés à l’amortissement de l’emprunt. En outre que si la Commune avait des fonds libres quelle pourrait se libérer par anticipation

Mr Mousset ayant été introduit dans la salle de la délibération et ayant pris connaissance de ce qui précède, a déclaré s’engager à effectuer le montant du dit prêt et à le verser dans la Caisse du receveur municipal de la dite Commune aussitôt l’approbation des présentes par Monsieur le Préfet contre récépissé qui lui sera délivré, et à se soumettre à toutes clauses et conditions de la présente délibération dont une expédition lui sera délivrée revêtue de l’approbation de Monsieur le Préfet ou de sa mention, après les formalités d’enregistrement dont le cout sera à la charge de la dite Commune.

Fait en Mairie à Macla les jour, mois et an que ci-dessus et ont les membres ci-dessus dénommés Mr le Maire et le sieur Mousset, signés après lecture

Signé : Blanc, Veyre, Mousset, Blanc, Meiller, Chaize, Dervieux, Sagnimorte

Document, brouillon de délibération sans date

Objet de la délibération : Construction de la Mairie

Approbation du plan et devis

Vote d’une imposition extraordinaire de 0,20 centimes

Autorisation d’emprunter la somme de 13 000 Francs

                Le maire dépose sur le bureau le dossier relatif à la construction de la Mairie sur l’emplacement de la maison Borrionne acquise pour l’élargissement du chemin d’intérêt commun n°19 et prie le conseil d’en prendre connaissance.

Mr le Président donne ensuite les explications suivantes :

Ce projet de construction doit s’élever d’après les plans et devis de Mr l’architecte à la somme de 13 000 Francs, y compris les frais imprévus. La commune n’a pas de fonds pour faire face à cette dépense ; elle sera dons obligée de contracter un emprunt au Crédit foncier de France et par conséquent de s’imposer extraordinairement de 0,10 centimes sur le principal des contributions pendant la durée nécessaire pour l’amortissement de cet emprunt à partir du 1er Janvier 1884. Le principal de ces contributions étant pour 1883 de 7 622 francs, cette imposition devra produire en chiffres ronds la somme de 1500 francs environ par année.

Après cet exposé Mr le Maire président invite le Conseil à délibérer et le prie d’approuver les plans et devis qu’il lui soumet et de voter l’imposition extraordinaire de 0,20 centimes.

Le Conseil délibère

Le Conseil vu l’exposé de Mr le Président et après avoir pris connaissance du dossier qui lui est soumis, déclare approuver sans observation les plans et devis du projet de construction de la Mairie et en conséquence vote à l’unanimité une imposition extraordinaire de 0,10 centimes à partir de 1884 pour tout le temps nécessaire à l’amortissement de l’emprunt à contracter et autorise Mr le Maire à faire toutes les démarches utiles pour la réalisation du dit emprunt au mieux des intérêts de la commune.

Le Conseil se joint à Mr le Maire pour prier Mr le Préfet de vouloir autoriser la commune à mettre en adjudication, le plus tôt possible, les travaux de construction de la mairie afin qu’elle puisse être terminée avant la fin de l’année.

Article du Maclaire n°16 édité lors du centenaire de la mairie

100 ans …. Déjà !

 

Suite à l’inauguration de la nouvelle mairie, nous avons cru bon de rechercher des documents sur notre ancienne mairie qui a aujourd’hui plus de 100 ans. Nous devons ces documents à Monsieur Pierre DUMAS.

 

CELLARD Antoine, Maire

MOUSSET Adjoint devient maire en 1888

Son fils, Claude qui était secrétaire sera remplacé alors par LINOSSIER.

Le 24 septembre 1882 le Conseil municipal prend sa première délibération en vue de la construction d’une mairie à MACLAS, jusqu’à ce jour les réunions du conseil se tenaient dans des bâtiments loués, plus ou moins commodes.

1° texte : L’immeuble à projeter à l’emplacement de la maison Borrionne devra servir de mairie et comprendre un logement pour la directrice de la poste.

Ce logement comprendra : une cave, trois pièces au rez de chaussée, une chambre à l’étage et un grenier.

Le premier étage comprendra en outre une salle pour les délibérations du conseil municipal avec dépendances et placard pour les archives, un corridor séparera les deux pièces du premier étage ; Le grenier ne sera pas divisé. Pour la construction, on utilisera les matériaux de la localité (programme imposé à l’architecte Mr Ozol agent voyer (P&C) à Pélussin, et accepté par la Préfecture, lequel établit le 28 janvier 1883, son projet.

Projet de l’architecte (rapport explicatif)

La commune de maclas, ne possédant pas de mairie, est obligée de louer un appartement pour en tenir lieu. Actuellement les deux pièces louées à cet usage sont situées dans une basse-cour, mal éclairée, mal disposée. Elles sont tout à fait insuffisantes pour la mairie d’une commune de 1200 habitants.

Par suite d’une acquisition faite à la Vve Borrionne, pour l’élargissement du chemin d’intérêt communal N°19 ayant son aboutissement sur la place publique de Maclas. Une partie de l’immeuble acquis est devenu disponible comme emplacement et le conseil municipal a, de suite, pensé à l’utiliser pour la construction de la mairie. On nous a confié la rédaction de ce rapport. Le pourtour de cet emplacement laissant beaucoup à désirer comme régularité, nous avons fait cependant notre possible pour en tirer le meilleur parti, nous nous sommes strictement conformés au programme imposé pour le nombre et la division des appartements.

Le rez de chaussée comprend : une cuisine, salle à manger, alcôve (office si besoin), et un appartement pour le bureau. Un vestibule de deux mètres de largeur correspondant à l’escalier du premier étage servira de salle d’attente pour le public. Le premier étage comprend une chambre et une grande salle pour la mairie avec cabinet et placard pour les archives, un corridor séparant ces deux pièces servira de vestibule, enfin le grenier par sa disposition peut permettre l’établissement de plusieurs chambres ayant 2 m 40 sous poutres. Nous avons prévu l’emploi de tous les matériaux provenant de la localité à l’exception de la pierre blanche de St Juste, mais comme son prix de revient est le même que celui de la pierre de pays, on pourra, au choix, employer l’une ou l’autre, couverture en tuiles creuses.

Le montant total des travaux prévus est de 11 665, 14 francs pour une surface de 72,80 m2, ce qui donne le chiffre rond pour le prix de revient au m2, à 160 frs.

Si les ressources de la commune ne permettent pas d’entreprendre tout le travail à la fois compte tenu de la pauvreté actuelle due aux dommages causés à la vigne par le phylloxéra, on pourra l’échelonner au fur et à mesure des ressources disponibles.

Signé OZOL, le 28/01/1883

Cette estimation des travaux montera, avec le temps, à 13 000, outre les subventions, la commune décide de faire un emprunt de 5 000 frs en 9 ans, à 4,5% et de majorer l’impôt additionnel sur les contributions directes de 10 centimes.

C’est le futur maire Mousset, propriétaire et commerçant, qui prêtera l’argent, ce qui lui vaudra par la suite de nombreux litiges avec son remplaçant Buisson, au sujet du paiement des intérêts.

Sur le projet et devis initial, l’adjudication a lieu le 16 mars 1885. L’entrepreneur RIX Auguste de Pélussin, l’emporte avec un rabais de – 17%.

Etaient sur les rangs : Sabot Joseph de Bourg Argental – 0%, Charly Auguste de St Pierre de Bœuf – 3%, Paret Alexandre de St pierre de Bœuf – 7%, Delevy de St Pierre -8%, Robert Auguste de Bourg Argental -1%, Dumoulin Jean Claude de Chavanay -9%, Gatier François de Pélussin -11%, Bonnardel Antoine de Malleval -16%.

En cours de travaux, l’entrepreneur RIX demandera une rallonge de 259, 60 pour travaux supplémentaires.

Cette construction a un montage de pierre très spécial qui rappelle le montage des ouvrages des chemins de fers : Est-ce que les maçons qui travaillaient à l’époque sur la ligne du tacot sont venus construire la mairie de Maclas ?

Poste et mairie

Pendant la guerre de 14-18 Bar National

Elle sera vendu à un promoteur immobilier en 2009 qui créera des appartements et une partie commerciale au rez de chaussée successivement Pilat immobilier, Kebab, Restauration rapide, façadier, …

 

  • Aujourd’hui les locaux sont ceux de la cinquième mairie. Elle a été construite en 1988, le maire de l’époque est Jean JUTHIER.

Maison GAY avant la construction

Il faut absolument transférer la mairie, les locaux actuels étant inadaptés

Pour cette construction, le choix est difficile entre la maison Viornery sur la place de l’église et le clos Louis Gay.

Mr le maire présente les deux projets au conseil municipal en pesant le pour et le contre des deux solutions.

Finalement le choix se fait sur le Clos Louis GAY, en rénovant l’ancienne ferme.

Le terrain est acquis le 18 avril 1986

Plusieurs aménagements sont proposés, dont celui-ci

C’est le cabinet BERTHOLON PERRET qui est désigné comme architecte ensemblier.

Une première estimation estime le coût de cette rénovation à 1 281 618 Frs HT

Les marchés sont lancés et le choix des prestataires est effectué.

Mais le maçon, vu l’état de la ferme conseille de démolir complètement ce bâtiment et de construire un bâtiment entièrement neuf et plus fonctionnel.

Un partage des terrains est envisagé avec Mr BOISSONNET, ce qui permettrait de construire des logements avec des commerces en rez de chaussée et éventuellement des locaux pour La Poste.  

Finalement le coût s’élèvera à 3 152 087,34 Frs TTC base août 1986.